Un père, et passe

Un père, et passe

Sur les traces d'un père trop fou pour une vie de salarié, pas assez pour celle qu'il se rêvait, « imprévisible et stimulante », l'écrivain, le fils, sonde les circonstances d'une chute mortelle et solitaire dans des bois familiers. Et découvre une nouvelle histoire.

Décidément, Pierric Bailly ne reparaît jamais où on l'attend. Dans L'Étoile du Hautacam, l'an dernier, l'enterrement d'une grand-mère jetait le personnage sur les routes, direction son village natal. En chemin, le roman bifurquait à angle droit : brusquement soulevé à 15 kilomètres du sol, le patelin changé en attraction futuriste devenait le décor d'une fantaisie détonante et hallucinée sur le triomphe du show-business, saut prodigieux vers les astres et la loufoquerie par lequel s'ajournait la chronique annoncée d'un deuil et d'un retour aux sources. Avec L'Homme des bois, nous revoici sur la terre ferme. Ou plutôt celle, meuble, odorante et détrempée, des forêts juras ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous