Vents contraires

Vents contraires

Dans cette chronique familiale, le romancier islandais suit trois générations de compatriotes, de la rude vie d'un clan de pêcheurs aux bouleversements actuels de l'île. Bien rares sont ceux qui osent vivre, et les désirs restent dangereusement en friches.

Le vent souffle dans l'univers de Jón Kalman Stefánsson. À chaque page ou presque, il est présent comme un écho aux tempêtes intérieures qui traversent une famille islandaise à travers trois générations. À la mesure de l'univers est la suite de D'ailleurs, les poissons n'ont pas de pieds (2015). Ari, écrivain, retrouve Keflavík, bourgade giflée par la neige, et ses anciens amis. Il ausculte les fragments d'une histoire familiale oscillant entre l'amour de la mer et de la poésie, tout aussi mortel. Devenu éditeur, il a depuis peu quitté sa femme ; parvenu au milieu de sa vie, il en déroule le fil pour en mesurer l'épaisseur et sent se rétrécir le champ des possibles.

...
Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous