Voies zutiques de la consécration

Voies zutiques de la consécration

Le cercle des poètes zutistes, camp retranché de la bohème littéraire post-communarde, est pour Rimbaud l'occasion de ridiculiser bonnes moeurs et bienséances bourgeoises. Parodique, le « Sonnet du Trou du Cul » lui permet aussi d'afficher sa complicité avec l'auteur des Romances sans paroles.

Parmi les nombreuses contributions de Verlaine et Rimbaud à l'Album zutique, le « Sonnet du Trou du Cul » se singularise en étant le seul poème connu à ce jour composé par les deux poètes ensemble. Il s'inscrit par ailleurs en bonne place dans l'album et signe et inaugure de manière ostentatoire une complicité poétique dont les marques, sur un autre registre que celui du parodique, seront plus discrètes et diffuses dans les poèmes de 1872-1873 de Rimbaud ou dans les Romances sans paroles de Verlaine (1).

Le sonnet est une parodie du recueil d'Albert Mérat L'Idole, publié en 1869 et constitué d'un ensemble de sonnets dont chacun, dans la t ...

Réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous